Communiqué de presse – Pourtant en situation de handicap, des candidats DYS se voient refuser leurs aménagements aux examens !

Leurs droits sont bafoués !

En 2018, la Fédération Française des Dys constate que le problème n’est toujours  pas résolu et ce malgré les interventions régulières de la Secrétaire d’Etat, Sophie Cluzel, du Défenseur des Droits et du médiateur de l’Education Nationale auprès des centres d’examens et rectorats.

Aujourd’hui trop de jeunes sont privés d’aménagements pourtant mis en place tout au long de l’année dans le cadre de projets personnalisés de scolarisation (PPS) et de plans d’accompagnement personnalisé (PAP)  !!!!

REFUS AMENAGEMENTS_communiqué de presse FFDYS_V3

 

La presse en parle :

Emmanuelle Deleplace, publié le 04/05/2018

Tous droits réservés 2001/2018 — HOSPIMEDIA
La chronique de Geneviève Jurgense
« …Des enfants « dys- », vous n’en avez peut-être pas chez vous, mais tout enseignant en a au moins un dans sa classe, et probablement plus d’un. Grâce à de réels progrès scientifiques et sociaux, leur dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, dyspraxie et autres dysfonctionnements, d’une sévérité variable, ont été diagnostiquées, et des aménagements souvent tout simples leur ont été proposés pour qu’ils puissent aller dans leurs études aussi loin qu’ils en sont capables et choisir les carrières pour lesquelles ils sont vraiment faits. Le parcours accompli pour obtenir ces aménagements est pesant, mais il vaut mieux que le rien qui précédait il y a quelques années seulement. Entre autres aménagements, existent l’usage de l’ordinateur en classe et, en certaines circonstances, du temps supplémentaire appelé tiers-temps. »