Audition de la FFDYS au SENAT le 17 avril 2018

Lors de la séance du 17 avril dernier, dédiée aux troubles DYS par le groupe de travail de la Commission des Affaires Sociales pour améliorer le financement des prises en charge des personnes Dys, la FFDys a proposé :

  • La mise en place de forfait de prise en charge pour l’ergothérapie, psychomotricité, neuropsychologue… par la caisse d’assurance maladie, notamment pour financer la pose du diagnostic, en amont de l’accès à la MDPH
  • Le déploiement des réseaux de soins des libéraux
  • La simplification de l’accès aux droits des personnes à besoins particuliers pour faciliter les aides ou compensations adéquates, en particulier en évitant aux familles de devoir prouver en permanence l’existence de troubles déjà avérés et par nature durables, grâce au dossier médical partagé
  • L’affirmation de la compensation comme réponse aux besoins et doit pouvoir s’adapter à l’évolution de la personne
  • La mise en place d’un accueil expérimental : période d’accueil en SESSAD pour valider les besoins

Dans le domaine des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESMS), un redéploiement de moyens serait particulièrement intéressant. Dans un cadre budgétaire contraint, la réponse aux besoins nouveaux pour répondre à ceux des personnes Dys passe nécessairement par des solutions plus légères que l’institutionnalisation. Nous nous interrogeons sur une éventuelle remise en cause, du moins partielle, des agréments des établissements et donc au redéploiement des places autorisées et des moyens budgétaires afférents vers d’autres types de réponses. Un indicateur pourrait mesurer le nombre de personnes bénéficiant d’offre « mobile » ESMS dans le milieu ordinaire.

Enfin nous proposons, avant tout, un renforcement de la formation initiale et continue des professionnels de santé, de l’éducation et du travail y compris les travailleurs sociaux.

Expliquer que les troubles DYS sont neuro-développementaux est un préalable dans ces formations Ces ressources peuvent être bénéfiques pour toute personne en grande difficulté.

 

Voir les résultats des enquêtes 2015 et 2018 auprès de plus de 1 000 personnes :