• Rechercher :
           Accès Privé
 
      Diminuer les typographies du siteAgrandir les typographies du site
Rentrée scolaire 2015 : ce qui change pour les DYS

Fin des CLIS, reconnaissance de la spécificité des troubles des apprentissages, la rentrée scolaire est marquée par des changements qui concernent les enfants DYS et qui vont plutôt dans le bon sens. Reste à voir comment les choses vont évoluer sur le terrain.

Des ULIS pour les troubles des apprentissages.

Cette fois-ci, c’est officiel, les troubles spécifiques des apprentissages sont désormais reconnus. Najat Vallaud-Belkacem crée une organisation des ULIS (cf ci dessous) qui prend en compte les Troubles des apprentissages. Si la classification administrative reste la même, elle reconnaît que les élèves doivent être regroupés par type de besoin et crée ainsi une catégorie TSLA (Troubles spécifique du langage et des apprentissages) pour que les enfants DYS puissent avoir des réponses pédagogique cohérentes et adaptées à leurs difficultés. Ces classes existaient par le passé, mais dépendaient de chaque académie. « On a trop souvent vu des académies fermer ces classes au gré des changements d’inspecteur. Avec cette nouvelle circulaire, on peut espérer plus de pérennité » explique Diane Cabouat en charge des questions d’éducation à la FFDys.

La fin des CLIS

Les CLIS ont hérité d’une tradition qui veut qu’on mette de coté les élèves handicapés. Et cette mauvaise habitude vient de loin : en 1909, le Ministère de l’Instruction Publique avait crée les classes dites de « perfectionnement ». Devenues CLIS en 2005, elles sont trop longtemps restées des lieux à l’écart de l’institution scolaire. Stigmatisation, dévalorisation, le lourd héritage des « classes spéciales » doit donc disparaître pour une vraie inclusion des enfants handicapés, avec les autres, dans l’école. C’est l’objectif de cette circulaire du Ministère. L’unité localisée doit être un soutien permettant la scolarisation des élèves avec les autres. Priorité à la classe ordinaire : l’enfant est au CP, en CE1 ou en CM2 chaque fois que c’est possible, avec les autres dans sa classe et il reçoit un soutien et un accompagnement par le professeur spécialisé de l’ULIS avec si besoin des moments de regroupements.

Numérique, des livres accessibles pour tous

Dans la présentation de rentrée, Najat Vallaud-Belkacem réaffirme le besoin des enfants DYS d’une meilleure accessibilité des livres pour toute les personnes en difficulté avec la lecture. Le Ministère de l’Education Nationale explique : « Des travaux engagés avec le ministère de la Culture et de la Communication devraient permettre aux élèves porteurs de Dys de bénéficier dès cette année scolaire du dispositif d’exception handicap au droit d’auteur. » Ceci fait référence à l’application en France d’une convention internationale qui doit permettre l’adaptation de tous les livres publiés pour les personnes qui sont « empêchées de lire » en raison d’un handicap. Pensé d’abord pour les lecteurs déficients visuels, ces dispositions s’appliquent aujourd’hui aussi aux personnes dont le handicap moteur empêche l’utilisation d’un livre papier, mais aussi les DYS. En le mentionnant, le Ministère soutien l’action de la FFDys auprès de la Culture.

La FFDys satisfaite et demande des changements « visibles dans les classes »

La Fédération française des DYS se félicite de ces améliorations. Nathalie Groh, la présidente considère qu’ « il faut maintenant que les changements soient visibles dans les classes ». Elle regrette en outre le faible niveau de qualification des accompagnants. « Certes on change le nom : les Auxiliaires de Vie Scolaire  en Accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH), mais le diplôme reste encore trop faible et leur nombre insuffisant. »

La circulaire sur les Ulis est ici :

http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=91826

La note sur la rentrée des élèves handicapés est là :

http://cache.media.education.gouv.fr/file/DP_rentree/70/2/Rentree2015-Dossier-de-presse-fiche-39-L-ecole-inclusive_456702.pdf