• Rechercher :
           Accès Privé
 
      Diminuer les typographies du siteAgrandir les typographies du site
La haute autorité de santé choisit de travailler sur la question des dys en 2014

La Fédération française des Dys se félicite de la décision de la HAS d’inscrire la question de l’accès au soin des enfants porteurs de troubles spécifiques des apprentissages au programme de ses activités pour 2014. La FFdys considère qu’il faut améliorer le repérage, le diagnostic et l’accompagnement dès le plus jeune âge.

(Photo : Flickr © Dalbera)

(Photo : Flickr © Dalbera)

 

La HAS a annoncé son programme de travail pour l’année à venir. La question des DYS a été inscrite pour 2014. L’étude de la haute autorité devrait démarrer dès le premier trimestre 2014, elle s’intitule « Organisation de la filière de diagnostic et prise en charge précoce des enfants atteints des troubles du langage et des apprentissages (troubles dys) : fiche points clés et solutions ». Elle s’inscrit dans le cadre des compétences de la HAS sur l’évaluation et l’amélioration des pratiques.

La FFdys a interpelé plusieurs fois les pouvoirs publics sur la question de l’accès aux soins pour les enfants et les adultes dys. Elle se félicite donc que la saisine de la HAS par le gouvernement ait été retenue par la haute autorité. Aujourd’hui trop d’enfants sont privés de solution de soutien faute de diagnostic. La question du repérage précoce et d’un diagnostic pour tous est donc primordiale. En outre, les inégalités de prise en charge selon les régions et selon les parcours des enfants conduisent à des situations inacceptables.

La FFDys attend de ces travaux que

  • les diagnostics soient mieux définis et enfin reconnus par tous et en particulier par les Maisons départementales du handicap.
  • la réponse de l’offre de soin précoce soit mieux adaptée aux besoins des enfants et en particulier que la répartition des rôles entre l’hôpital, la médecine de ville et les services médico-sociaux soit explicitée
  • les rééducations soient évaluées afin d’écarter les prises en charge inadaptées et que les réponses appropriées soient précisées.
  • les compétences nécessaires pour le diagnostic et l’accompagnement soient reconnues et valorisées.
  • les inégalités territoriales soient repérées
  • que les prises en charge par l’assurance maladie, et la prestation de compensation du handicap soient définies