• Rechercher :
           Accès Privé
 
      Diminuer les typographies du siteAgrandir les typographies du site
Comité Interministériel du Handicap, la FFdys réagit

La Fédération Française des DYS se félicite de la réunion du Comité Interministériel du Handicap. La FFDys a répondu présente à l’invitation du Premier Ministre aux cotés des 12 autres associations représentatives. Elle espère que cette impulsion donnée à la politique du handicap se traduira concrètement sur le terrain.

George Pau-Langevin lors de sa sortie du CIH

George Pau-Langevin lors de sa sortie du CIH

 

La FFDys a eu l’occasion de présenter ses travaux sur la nécessité d’une politique transversale à la Ministre déléguée chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion  Marie-Arlette Carlotti. La prise en compte des troubles dys concerne l’ensemble des ministères : la Santé, L’Education Nationale, l’Emploi bien sûr, mais aussi la Culture, l’économie numérique, l’Agriculture, etc.

La FFDys a fait un certain nombre de propositions depuis 2 ans, à travers la demande d’un Plan Interministériel sur les Dys, qui  commence par le respect de la définition du handicap cognitif spécifique dans l’ensemble des MDPH.

La FFDys regrette que la question des troubles des apprentissages qui concerne 6 à 8% de la population n’ait pas été intégrée spécifiquement au cours de cette réunion. L’accès aux soins pour le diagnostic et l’accompagnement des enfants DYS est une préoccupation forte des familles.

Après l’introduction de la notion d’école inclusive dans la loi de Refondation de l’école de la république, le premier ministre est allé plus loin en mettant en avant de façon claire et volontaire la notion de société inclusive.

Les propositions du gouvernement ont été développées en quatre grands axes, pour lesquels la FFDys retient notamment :

 La jeunesse :

 Création d’un droit à la formation des parents : les associations de la FFDys  effectuent au quotidien, avec leurs moyens, ce travail d’information, de soutien et de formation des familles. La FFDys se félicite de l’ouverture de ce nouveau droit pour les parents et souhaite qu’il puisse se mettre en place rapidement.

Le nouveau diplôme d’Etat d’accompagnant : la FFDys souhaite que les troubles des apprentissages soit incluse dans ces formations, parce que accompagner un enfant ne peut se faire sans professionnalisation, ni par des personnels précaires

Formation des enseignants : l’adaptation de la pédagogie doit s’apprendre et faire partie du cursus de formation des enseignants, et parce que les troubles spécifiques des apprentissages sont au cœur du métier de l’enseignant, c’est la condition indispensable à une prise en compte des besoins de l’enfant dans une école inclusive

La pédagogie numérique accessible. Il est indispensable qu’un plan d’action pour le numérique à l’école puisse se mettre en place rapidement.

L’emploi :

Formation professionnelle :

Il faut faciliter l’accès à l’alternance, et adapter les contenus pédagogiques ou encore accès aux études supérieures et insertion professionnelle. La fin des parcours scolaires des jeunes DYS doit pouvoir être mieux accompagnée pour déboucher sur l’emploi.

Renforcer l’accompagnement

Les Cap Emploi doivent être mieux sensibilisés au handicap cognitif spécifique pour accompagner ce public en grande difficulté face à l’emploi. Les Ministères devront renforcer auprès des employeurs publics et privés le respect d’obligation d’intégration et de maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés en particulier DYS.

L’accessibilité

 Accessibilité universelle

La FFDys se félicite de l’élargissement des possibilités d’exception au droit d’auteur si elle peut permettre « aux personnes empêchées de lire » d’accéder à la lecture. Ceci est une nécessité pour toutes les personnes éloignées de la lecture par manque d’accessibilité et en particulier par les enfants, à l’école. Elle souhaite que la France rattrape son retard par rapport à ses voisins européens sur ce point.

Accès aux soins 

Transports gratuits vers les CMPP et les CAMPS.

La FFDys se félicite de cette ouverture de droits nouveaux, mais rappelle que ces structures doivent aborder les troubles des apprentissages en sortant d’une approche trop souvent centrée uniquement sur la psychanalyse.

Les enfants et les adultes DYS ont besoin d’une réponse en santé qui soit proportionnée et proche de chez eux. La FFDys s’inquiète des menaces sur les réseaux de soin et regrette le manque de places en Service de type SESSAD.

Voir le  relevé des décisions du Gouvernement lors de la réunion du Comité Interministériel du Handicap.